ÉRECTION DE PAROISSE ET NOUVELLES NOMINATIONS DANS LE DIOCÈSE DE THIÈS…

Dans un courrier qui nous est parvenu en fin de journée, Son Excellence, Monseigneur André GUÈYE, a publié de nouvelles décisions qui concernent le Diocèse de THIÈS.

Il s’agit principalement de plusieurs décrets portant sur la création d’une nouvelle paroisse et différentes nominations au sein du clergé diocésain.

 

Ainsi :

  • La quasi-paroisse Saint Antoine de Padoue de POUT-DIACK, dans le Doyenné DIOBASS, et qui comprend les localités de NGOLLAR, KEUR BIRANE, POUT-NDOFF, MBOUSNACK et KHABANE, est maintenant érigée en paroisse. Abbé Joseph MBAYE, nouvellement nommé comme Curé, va assurer les destinées de la nouvelle Communauté chrétienne.
  • Abbé Albert Thierry SÈNE est nommé Vicaire Général, en remplacement de Abbé Henri CISS
  • Abbé Théodore Aimé SECK, ancien Directeur du Foyer Séminaire Sainte Anne de THIÈS, est nommé Économe diocésain, en remplacement de l’Abbé Louis-Thomas MBAYE, désormais Curé de la paroisse Jésus Bon Pasteur, dans le Doyenné URBAIN
  • Abbé Pierre Raoul CISS, Curé de la paroisse Saint Jean-Baptiste dans le Doyenné URBAIN, est nommé Exorciste diocésain
  • Abbé David Lamane DIOP, Curé de la paroisse Jésus Ouvrier de MBORO, est nommé Exorciste diocésain.

Les différents décrets précisent que cette création et ces nominations seront effectives à partir du 1er octobre 2021 prochain.

1. C’est quoi un Vicaire Général et quelle est sa mission ?

Dans le cas d’un Diocèse, le Vicaire général est un prêtre nommé par l’Évêque qu’il est appelé à seconder ou remplacer dans ses fonctions. Selon le Droit de l’Église (Droit canonique), l’Évêque lui donne une délégation de ses propres responsabilités. Tout diocèse doit avoir un vicaire général [Can.475§1].

Pour être Vicaire général, il est  demandé d’être « docteurs ou licenciés en droit canonique ou en théologie, ou du moins vraiment compétents dans ces disciplines » (can. 478 § 1).

La fonction de Vicaire général est une fonction de confiance. Elle est d’ailleurs ad nutum : l’Évêque diocésain nomme librement le Vicaire général (can. 477 § 1) et il peut l’écarter tout aussi librement (ibid., cf. can. 193 § 3, une juste cause suffit). Il fait part à son Vicaire général de son pouvoir de juridiction sous l’angle exécutif (can. 475 § 1, c’est-à-dire administratif, mais non législatif, ni judiciaire, cf. can. 391 § 2). En clair, il l’habilite pour le gouvernement, en principe sur tout le diocèse (can. 479 § 1). Ce pouvoir est ordinaire (can. 475 § 1), c’est-à-dire attaché par le droit à l’office même de vicaire général (ibid., cf. can. 131 § 1).

Mais le droit s’empresse de dire que cette fonction est de nature vicariale, c’est-à-dire exercée en lieu et place d’un tiers (cf. le latin vix, -cis) ; cela tient du pouvoir de juridiction dont jouit le vicaire général : un pouvoir vicarial et non propre, ce qui est l’apanage de l’évêque diocésain (cf. can. 131 § 3 et 381 § 1).

En résumé, le Vicaire général est le « bras-droit » de l’Évêque, qui lui délègue  de son autorité et de ses charges pastorales.

Par ailleurs, l’Évêque d’un Diocèse peut nommer également un ou plusieurs Vicaires épiscopaux qui ont une juridiction semblable à celle d’un Vicaire général mais pour une partie territoriale du diocèse, un secteur apostolique particulier ou un groupe déterminé de fidèles.

2. C’est quoi un Économe diocésain et quelle est sa mission ?

Collaborateur direct de l’Évêque, l’Économe diocésain, prêtre ou laïc, participe aux instances de gouvernance du Diocèse. Il a en charge les ressources matérielles et humaines du diocèse sous l’autorité de l’Évêque et selon les directives du Conseil diocésain pour les affaires économiques (CDAE).

 Il assure et coordonne la bonne gestion économique, financière, immobilière et juridique de l’ensemble des entités du diocèse :

  • Gestion des ressources via le développement et collecte des ressources financières : denier, legs, quêtes, levée de fonds, partenariats, etc.
  • Gestion administrative et financière : comptabilité générale et analytique, contrôle de gestion, budgets, prévisions, reporting, performance, contrôle interne, trésorerie, placements financiers, emprunts.
  • Gestion immobilière : Planification et définition d’une politique d’optimisation, entretien, maintenance, travaux, assurances, ventes, achats, etc.
  • Gestion des achats : politique de référencement, mutualisation, préconisations, relations avec les paroisses, etc.
  • Gestion juridique : tenue des AG et CA, dons, legs, contrats, contentieux, etc.
  • Gestion des ressources humaines (clercs, salariés, bénévoles) : direction, animation, recrutement, cessation d’activité, contrats de travail, convention de bénévolat, politique de rémunération, dialogue social, application des accords de branche, formation etc.

Il manage une équipe de salariés et de bénévoles qui constituent l’économat diocésain.

3. C’est quoi un Exorciste diocésain et quelle est sa mission ?

Exorcisme vient du grec « expulser ». Il s’agit d’une prière par laquelle une personne est protégée du Malin ou libérée de son emprise.

Dans le Nouveau Testament, le Christ chasse les démons (Mt 8, 16) : il leur commandait avec autorité de sortir des personnes qu’ils possédaient. Et ils lui obéissaient (Mc 1, 27), il les menaçait (Mc 1, 25), il leur parlait sévèrement et ils sortaient (Mt 17, 18).

Selon les Évangiles, le Christ a donné à ses disciples le pouvoir de commander au démon (Mt 10, 1; Mc 3, 15). Ses disciples ont donc reçu le pouvoir de chasser les démons en son nom et de faire des miracles.

Ainsi, l’Exorciste est un prêtre qui a pour mission d’accueillir des personnes en souffrance, victimes de maléfices ou se sentent sous l’emprise du Diable. Il les écoute et discerne avec elles l’origine de leur mal-être, prie avec elles et sur elles et, en cas de possession, célèbre un exorcisme.

 

 

Retrouvez, ci-après, les différents décrets.

Ban_beforeheader_jub50
vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.