Célébration des solennités de Saint Joseph et de l’Annonciation : Monseigneur André GUÈYE sort un Communiqué…

Le 19 mars prochain, l’Église universelle célèbre la solennité de Saint Joseph, Époux de la Vierge Marie. Une fête qui va tomber sur un vendredi de Carême, qui est normalement un jour de jeûne, d’abstinence et de pénitence, comme demandé par la pratique de cet important temps de la foi de l’Église.

Cependant, comme le rappelle Monseigneur André GUÈYE dans son Communiqué N°4, en ce jour qui coïncide avec le cinquième Vendredi de Carême, « ne seront effectués ni jeûne, ni chemin de croix, ni aucun autre exercice de pénitence ». Une mesure qui s’appuie sur la législation de l’Église universelle qui stipule, notamment et de manière expresse, dans le Canon 1251, « Abstinentia a carnis comestione vel ab alio cibo iuxta conferentiae Episcoporum praescripta, servetur singulis anni sextis feriis, nisi cum aliquo die inter sollemnitates recensito occurrant ; abstinentia vero et ieiunium, feria quarta Cinerum et feria sexta in Passione et Morte Domini Nostri Iesu Christ «  (« L’abstinence de viande ou d’une autre nourriture, selon les dispositions de la conférence des Évêques, sera observée chaque vendredi de l’année, à moins qu’il ne tombe l’un des jours marqués comme solennité ; mais l’abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le Vendredi de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ « ).

Une disposition qui sera également appliquée le 25 mars prochain, date de la célébration de la Solennité de l’Annonciation du Seigneur.

Aussi, afin de marquer autrement ces célébrations et de profiter de leurs fruits spirituels, le Pasteur de THIÈS, comme le recommandent les Évêques dans le Mandement de Carême 2021, invite les Communautés à initier, en ces jours-là, « des catéchèses  ou des enseignements portant sur Saint Joseph » afin de « mieux le connaître et pour mieux le vénérer ».

Par ailleurs, Monseigneur André GUÈYE, demande aux Prêtres de maintenir les horaires des différentes célébrations des vendredis de Carême « pour proposer, en lieu et place du Chemin de Croix habituel, une Messe de la solennité ».

Mais qu’est-ce qu’une « Solennité » en liturgie catholique ?

Du mot latin sollemnitas : « fête solennelle », composé de sollus : « tout », « entier » et de annus : « année » ; la solennité était donc un grand jour revenant tous les ans. Dans le vocabulaire liturgi­que, la Solennité est le degré supérieur de célébration des fêtes : elle commence la veille par des premières Vêpres et parfois par une messe propre de Vigile. Pâques est la Solennité des Solennités.

Les solennités inscrites au calendrier général du rite romain sont les suivantes :

  1. Marie Mère de Dieu, le 1er janvier.
  2. Épiphanie, le  ou le dimanche entre le 2 et le .
  3. Saint Joseph, époux de la Bienheureuse Vierge Marie, le 19 mars.
  4. L’Annonciation du Seigneur, le 25 mars.
  5. Pâque : La Pâques est considérée comme la solennité des solennités.
  6. Ascension du Seigneur, jeudi 40 jours après le dimanche de Pâques ou le dimanche suivant.
  7. Pentecôte, sept semaines après le dimanche de Pâques.
  8. Sainte Trinité, le premier dimanche après la Pentecôte.
  9. Solennité des Très Saints Corps et Sang du Christ, ou Corpus Christi (jeudi ou dimanche qui suit le dimanche de la Sainte Trinité).
  10. Sacré-Coeur de Jésus, fêtée un vendredi, 19 jours après le dimanche de Pentecôte.
  11. Nativité de Jean Baptiste, le24 juin.
  12. Solennité des Saints Pierre et Paul, le 29 juin.
  13. Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, le 15 août.
  14. Toussaint, le 1er novembre.
  15. Christ-Roi : le dernier dimanche duTemps ordinaire.
  16. Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, le 8 décembre.
  17. Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ (Noël), le 25 décembre.

Les calendriers particuliers du rite romain ajoutent, pour les Églises locales intéressées, d’autres solennités :

  1. Le Saint Patron principal du lieu, de la ville ou du pays.
  2. Le saint titulaire de chaque église.
  3. L’anniversaire de la dédicace (s’il y en a eu) de chaque église (qu’on peut célébrer le dimanche qui précède Toussaint ou le , si la date est inconnue).

Ci-après, le Communiqué N°4/21 de Monseigneur André GUÈYE :

Ban_beforeheader_jub50
vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.