Une rencontre autour de la question d’une éventuelle reprise du culte public dans le Diocèse de THIÈS…

En cette matinée du 23 juillet, ils étaient plus d’une vingtaine de Curés à se donner rendez-vous à la Salle diocésaine Abbé Jean Baptiste FAYE pour amorcer la réflexion autour d’un sujet qui est sur toutes les lèvres.

En effet, répondant à l’appel de Monseigneur André GUÈYE, les Prélats de l’Église diocésaine de THIÈS ont échangé, de long en large, des heures durant, sur l’éventuelle reprise des célébrations publiques, comme demandé par les Pères Évêques de la Conférence épiscopale, notamment dans leur récent Communiqué, N°7, en date du 10 juillet 2020. (« Exhortation à redoubler de PATIENCE dans la FOI et l’ESPERANCE »).

Dans une correspondance antérieure adressée aux participants, l’Évêque de THIÈS, a pu exprimer à ses plus proches collaborateurs toute sa reconnaissance « pour la collaboration et les belles initiatives prises pour assurer le service pastoral, durant cette période de pandémie », magnifiant ainsi,  « le Sensus Ecclesiae » (avoir le sens de la vie en église, en communauté ecclésiale) qui s’est fortement exprimé en ces heures sombres et difficiles.

Aussi, suite au dernier Communiqué des Évêques de la Province Ecclésiastique de Dakar cité plus haut, qui exhortait encore à la patience, et qui demandait aux Communautés paroissiales de « mener une réflexion pastorale sur /es mesures sanitaires adaptées à chaque localité », le Pasteur de l’Église de THIÈS a voulu tenir, sans plus tarder, des assises autour de cette question brûlante qui suscite tant d’inquiétudes et d’attentes.

Une démarche hautement saluée par les Prêtres mais aussi par les différentes Communautés ecclésiales, comme l’auront révélé les différentes allocutions des intervenants.

En effet, ces derniers, dans l’optique d’enrichir les échanges et de respecter la démarche inclusive voulue par les Pères Évêques, ont  rencontré leurs différents conseillers, des personnes ressources (médecins, infirmiers, autre personnel soignant, enseignants, communautés religieuses), sans oublier les Services publics, afin de recueillir le maximum d’informations utiles pour une éventuelle levée de la suspension des célébrations publiques.

Les échanges ont ainsi pu révéler « l’ardent désir » et la grande « faim spirituelle » exprimés par la plupart des fidèles chrétiens impatients de renouer avec les célébrations , mais aussi le souci profond des uns et des autres quant au respect des mesures sanitaires édictées et préconisées pour une éventuelle reprise du culte public.

À cet effet, beaucoup de propositions ont été émises par les paroisses; entre autres :

  • Célébrations en plein air (distanciation sociale)
  • Multiplication des célébrations eucharistiques
  • La mise en place d’un « protocole liturgique » (gestes à observer, acteurs liturgiques…)
  • Mesures sanitaires et gestes-barrières
  • Élaboration d’un calendrier des messes à célébrer en groupes restreints et ciblés
  • Repenser la visite aux malades, la question des enfants (messe à part)
  • Mettre en contribution l’action spirituelle qui peut éradiquer la pandémie (prière)
  • Encourager la participation des fidèles aux messes de semaine
  • Etc

Par ailleurs, à côté de ces propositions, des inquiétudes ont aussi été soulevées par les paroisses :

  • Pertinence de la réouverture des lieux de culte quant à l’évolution du nombre des cas de malades
  • Mise à disposition de matériels qui nécessite des moyens financiers à trouver
  • La stigmatisation qui peut créer beaucoup de problèmes
  • Personnes âgées très exposées
  • La gestion des personnes après les célébrations
  • Les fêtes de la Tabaski et de la 15 août qui vont drainer beaucoup de monde

Tout ceci, selon nombre de personnes consultées, militerait en faveur de la prudence, en reportant à une date ultérieure la reprise des célébrations prévue « aux environs de la 15 août 2020 peut-être, si la situation se stabilise ».

Autant de propositions et de réflexions que l’Évêque a écoutées avec attention et accueillies avec beaucoup d’intérêt et auxquelles il va apporter des réponses, en concertation avec ses Frères Évêques, dans une dynamique de communion et de concertation nationale.

À l’issu de ces échanges, l’assemblée a pu confier au Seigneur, à travers l’Adoration et le Salut au Saint Sacrement, cette démarche ainsi que toutes les Communautés paroissiales du Diocèse.

 

 

 

Ban_beforeheader_jub50
vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.