Ban_beforeheader_jub50

La communication corporate et digitale: un domaine mal exploité

Armand Ngamby NDIAYE est ordonné prêtre à Thiès en 2009. En 2014, à la demande Mgr André GUEYE, évêque du Diocèse de Thiès il est parti en mission dans le diocèse de Saint Claude du Jura, dans le cadre du jumelage entre les deux diocèses. Une mission qu’il a commencée avec une riche expérience pastorale avant d'entamer, encore à la demande de son évêque, une formation en Communication, à l'Institut Supérieur de Communication, de Production et de l'Audiovisuel de Lyon (ISCPA). Ses études ont été sanctionnées par la présentation d’un mémoire de Master II, le 30 août 2019 et qui s'intitule : "La Stratégie de Communication Institutionnelle et Digitale, un moyen de promotion et de visibilité de nos églises locales : le cas du diocèse de Thiès. De retour au Sénégal, la participation de l'Abbé « au concert de la recherche et du savoir dans un domaine encore mal exploité et méconnu d’une grande partie de l’Institution ecclésiale » profitera bien l'Eglise diocésaine.

Aujourd’hui, à l’époque que nous qualifions de « moderne », la communication est reconnue comme un des secteurs et leviers clé du développement de ce qu’il conviendrait d’appeler « l’économie de l’immatériel » avec l’éclosion et la propagation fantastique des technologies de l’information et de la communication, mais aussi avec l’apparition du phénomène de la globalisation ainsi que des nouveaux défis économiques, sociaux, environnementaux et géopolitiques.

Une révolution spectaculaire qui a fini se s’incruster même dans les détails les plus basiques et ordinaires de la vie, apparaissant désormais comme une sorte de « nouvelle culture » qui caractérise un « nouveau monde » où l’espace et le temps semblent se dissiper, le savoir accessible à tous, où chacun peut être entendu et enfin, où « le virtuel et le réel se rencontrent ».

Cette situation a fait dire au pape Jean-Paul II que « le premier aréopage des temps modernes est le monde de la communication, qui donne une unité à l’humanité, en faisant d’elle, comme on dit, un grand village » (Jean-Paul II, Redemptoris missio, N°37).

Le pape Benoît XVI l’avait si bien compris lorsqu’il affirmait sans ambages, et avec une lucidité désarmante et courageuse, que « les nouvelles technologies ne changent pas seulement le mode de communiquer, mais la communication elle-même. On peut donc affirmer qu’on assiste à une vaste transformation culturelle. Avec un tel système de diffusion des informations et des connaissances, naît une nouvelle façon d’apprendre et de penser, avec de nouvelles opportunités inédites d’établir des relations et de construire la communion » (Message pour la 45e Journée mondiale de la Communication sociale (JMCS) de juin 2011, « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’heure du numérique »).

Cette préoccupation et cette mission sont également celles de toutes les composantes de l’Église universelle, notamment du diocèse de Thiès, au Sénégal. C’est d’ailleurs, l’objet de cette présente étude qui se veut être une humble participation au concert de la recherche et du savoir dans un domaine encore mal exploité et méconnu d’une grande partie de l’Institution ecclésiale.

En effet, tellement d’opportunités s’ouvrent aujourd’hui pour l’Église avec les moyens et les méthodes que nous offre le champ fertile de la communication, notamment dans sa théorisation en Communication institutionnelle et digitale.

Cette dernière peut contribuer, entre autres, à :

  • « Dépoussiérer » et à « redorer » l’image d’une Institution aujourd’hui fragilisée par les nombreuses et terribles crises qui la traversent et la décrédibilisent ;
  • La rendre plus accessible et audible face à un monde et une société régie par de nouveaux paradigmes de communication et des modes de vie sans cesse changeants
  • Lui donner des moyens adaptés et efficaces pour réaliser ses objectifs
  • Lui permettre, tout simplement et en définitive, de continuer la mission ultime que lui a confiée son fondateur, Jésus : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne nouvelle à toute la création » (Marc 16, 15)

C’est dans cet ordre d’idée que s’inscrit ce travail qui s’intitule comme suit : « La Stratégie de Communication institutionnelle et digitale, un moyen de promotion et de visibilité de nos églises locales : le cas du diocèse de Thiès (SÉNÉGAL) ».

Il a été primordial de bâtir notre étude en l’érigeant, dans un premier temps, sur les fondements solides que constituent la revue littéraire et le cadre conceptuel et contextuel.

Cela nous a permis de revisiter, même si c’est de manière rapide et partielle, non seulement les notions et les principes basiques et fondamentales de la Stratégie de Communication institutionnelle et digitale, mais aussi de donner un cadre réel et concret à notre étude.

Une démarche qui n’est pas sans rapport avec notre seconde partie qui, elle, s’est donnée comme objectif d’établir le lien qui peut exister entre la Communication institutionnelle et digitale et l’Église.

Cette logique nous a ainsi permis, dans une ultime approche, et d’après les données d’une enquête que nous avons diligentée auprès des différentes composantes de l’église de Thiès, d’explorer les voies et moyens de la conception et de la mise en œuvre d’une stratégie de communication corporate et digitale pour le diocèse de Thiès.

Un grand merci à toutes les personnes qui m’ont accordé un peu de leur temps si précieux pour me conseiller, répondre à l’enquête et aussi prier.

Que Dieu bénisse ce travail pour sa plus grande gloire et pour le bien de son Église !

Abbé Armand Ngamby NDIAYE

Ban_beforeheader_jub50
vous pourriez aussi aimer
1 commentaire
  1. Hyacinthe FAYE dit

    Excellente initiative cher père Abbé
    L’Eglise a besoin de beaucoup plus de visibilité et son message doit être porté partout jusqu’aux coins les plus reculés de la terre et avec les NTIC, c’est possible.
    Hyacinthe FAYE
    L3 COMMUNICATION ET MANAGEMENT SOCIAL UCAD

Vous pouvez réagir à cet article