Ban_beforeheader_jub50

La Lettre pastorale n° 5 de Mgr André GUEYE arrive en son temps

Chers confrères dans le sacerdoce,

1. J’espère que tous ont pu bénéficier d’un temps de repos corporel, moral et spirituel, même en étant en service missionnaire ailleurs. Au début de cette année pastorale nouvelle 2018-2019, à vous, prêtres, animateurs principaux du Plan pastoral 2017-2021, j’adresse cette exhortation, pour renouveler en nous tous l’ardeur missionnaire, afin de poursuivre les objectifs fixés par ce Plan.

2. L’envoi en mission, que j’avais écrit à la première page du document du Plan, est toujours d’actualité, en particulier l’appel à la conversion pastorale], pour éviter le pragmatisme superficiel et aveugle et pour innover et aller loin, en profondeur, dans la patience et la persévérance, sans oublier que c’est l’Esprit qui est le principal acteur du travail. Il souffle là où il veut (cf. Jn.3, 8), avec entière liberté. C’est pour dire que tout n’est pas prévu dans le Plan. C’est pourquoi, j’invite ardemment toutes les équipes pastorales à se l’approprier pour l’adapter aux réalités locales. D’ailleurs la célébration du jubilé d’or de notre diocèse, qui tombe exactement le 6 février 2019, le prouve, sans être totalement étrangère au Plan.

3. Ce jubilé est l’événement phare de cette année pastorale 2018-2019. Un comité préparatoire y travaille, piloté par le Vicaire général. Je demande à tous de recueillir cette occasion de grâces, tout au long de l’année, par des initiatives paroissiales ou décanales qui viendront soutenir les célébrations diocésaines de l’ouverture et de la clôture qui auront lieu respectivement, le dimanche 3 février 2019 et le dimanche 17 novembre 2019.

4. Nous sommes en communion avec l’Église universelle qui célèbre un synode consacré aux jeunes : Les jeunes et le discernement vocationnel. En priant pour la réussite de cet événement, nous recueillerons avec foi ses conclusions et nous nous engagerons à les vivre et à les appliquer dans la pastorale. En attendant, ayons à cœur l’accompagnement des mouvements et des associations, en étant plus présents et plus attentifs à la vie des militants et des jeunes. Certains mouvements sont en léthargie ou simplement en disparition dans nos paroisses. S’il n’y a plus de mouvements, nous n’aurons plus de laïcs et de jeunes convaincus et formés, et alors, l’engagement dans l’église et la société en souffrira. Le document Lignes de force du Directeur des Œuvres pourra nous guider dans ce chantier. Nos résolutions à l’issue de la 42ème Assemblée Générale de l’UCS ne doivent pas rester lettres mortes.

5. En ces dernières semaines, l’Église est profondément secouée par le scandale des abus sexuels contre les mineurs. L’Accusateur, pour reprendre les termes du Pape François, s’en réjouit et les conséquences énormes continuent de discréditer les autorités ecclésiastiques. J’en appelle à la vigilance et à la prudence personnelle, pour l’honneur de l’Église et la crédibilité de notre mission éducative auprès des enfants et des jeunes. Pensons à l’attitude et aux paroles du Seigneur : Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant, comme celui-ci, c ‘est moi qu’il accueille. Et celui qui m ‘accueille, ce n ‘est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m ‘a envoyé » (Mc 9, 36-37).
Faisant écho aux paroles empreintes de douleur du Pape François, j’en appelle aussi à la prière et au jeûne, pour implorer pour toute l’Église le pardon du Seigneur, la grâce de la honte et de la conversion. Face à l’ampleur et à la gravité du crime que constituent les abus sexuels, abus de pouvoir et de conscience, il est urgent de réaffirmer une fois encore notre engagement pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables.

6. Et le Plan pastoral ? L’information et la formation ne suffisent pas encore, je m’en rends compte lors de mes déplacements dans les paroisses. Il n’est pas trop tard, car le Plan résume les trois dimensions de la vie chrétienne. Certains l’ont traduit en y lisant les trois vertus théologales de la Foi, de la Charité et de l’Espérance. Et pourtant, il faut aussi réaliser les activités qui permettent d’atteindre les résultats que nous nous sommes fixés dans I ‘Annonce, la Célébration et le Service du Seigneur et de son règne. L’équipe du Plan donnera bientôt les orientations pour une première étape d’évaluation. En attendant, que chaque paroisse vise de nouveaux objectifs spécifiques ou consolide ce qui est en train d’être vécu. Il ne s’agit pas de tout embrasser, mais d’y aller à son rythme, en veillant à bien conserver les acquis.
Je me permets tout particulièrement d’insister sur l’objectif spécifique 2 (de l’objectif stratégique l) : intensifier la pastorale de la famille. Je veux simplement que nous arrivions, cette année, à réaliser ce que nous avons décidé, à savoir systématiser les préparations aux sacrements, notamment celui du mariage. Que la Commission pour la Famille achève la conception du dossier et passe aux préparations groupées en paroisse ou en doyenné. Dans le même objectif, que la réflexion soit engagée en doyenné pour tenter une harmonisation souhaitée dans la pratique pour les fiançailles et pour le mariage, si tant est que cela soit possible. On peut même anticiper sur le veuvage. Ces préoccupations sont aussi celles du Conseil Pastoral Diocésain et du Conseil Presbytéral.

7. Le travail des Commissions doit rester le fer de lance de notre pastorale. Je remercie les anciens, tout comme les nouveaux responsables, en les exhortant à la régularité et à l’efficacité dans le travail, malgré les moyens limités. Des Consacrés et des Laïcs devraient être intégrés dans les Commissions et y apporter leur expertise.

8. Pour finir, j’exprime ma gratitude à tous les confrères qui ont accepté de continuer leur mission ou qui ont volontiers reçu une autre responsabilité. Nous sommes tous dans la même vigne du Seigneur et membres d’un seul corps avec des fonctions variées, toutes contribuant à la vie et à l’harmonie du corps (cf. ICO 12). C’est pourquoi soyons solidaires dans la mission.
Nous partageons la joie du Diocèse de Kaolack qui a un nouveau Pasteur en la personne de Mgr Martin TINE, originaire de notre Diocèse. Nous lui exprimons nos chaleureuses félicitations et nous l’assurons de notre soutien et de notre prière.
Fraternellement, avec ma profonde gratitude et ma bénédiction, pour la nouvelle Année pastorale 2018-2019. Bonne Année à tous et beaucoup de santé pour la mission.

Mgr André GUEYE

Ban_beforeheader_jub50
vous pourriez aussi aimer

Vous pouvez réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée.